Contenu

Elevage

Jusqu’au Plan vert des années 1976-1985, l’élevage se concentrait dans les exploitations familiales diversifiées et ne concernait qu’une toute petite partie de l’agriculture guyanaise. Aujourd’hui centré sur 3 pôles de production principaux (élevage bovin, porcin et aviculture), l’élevage guyanais n’en est pas moins remarquable par sa grande diversité de production : bovins, porcins, volailles pondeuses et chair, ovins, caprins et lapins sont représentés ! En octobre 2017, l’EDE (Établissement de l’Élevage qui dépend de la Chambre d’Agriculture) recensait 323 cheptels bovins, 194 porcins, 168 ovins/caprins et 181 élevages de volailles.
En dépit d’une augmentation régulière de la production, les taux de couverture alimentaire restent encore relativement faibles (inférieurs à 20%) pour les filières bovine, porcine et volailles chair, qui font l’objet d’une forte concurrence par les viandes congelées importées depuis la métropole. Cependant la structuration et la professionnalisation engagées des filières d’élevage guyanais laissent présager une évolution positive à moyen terme et la production locale est en hausse.

L’ouverture en 2014 de l’abattoir de Mana dans l’ouest guyanais porte à 2 le nombre d’abattoirs en Guyane, un projet d’abattoir de volailles est également en réflexion. Les abattages contrôlés sont en progression, les volumes abattus ont notamment augmenté de 10% entre 2015 et 2016 pour atteindre environ 945 tonnes de porcs, bovins et bubalins. En revanche, la production avicole de viande a chuté fin 2016 du fait de l’arrêt d’activité de la tuerie principale du territoire. Les éleveurs mènent eux-mêmes leurs animaux à l’abattoir et les carcasses sont vendues à des bouchers et coopératives agricoles qui les découpent et les transportent vers les lieux de vente. La plus grande parte de la vente a lieu sur les marché urbains ou en vente directe à la ferme, les grandes surfaces cherchent néanmoins à augmenter leur part de vente des productions animales locales. A noter que l’absence de service public d’équarrissage reste problématique.

La filière œufs de Guyane, structurée au sein de la Coopérative Avicole et Cunicole de Guyane (CACG) qui réunit 17 producteurs d’œufs, produit quant à elle plus de 12 millions d’œufs annuellement (estimation 2016). C’est la seule filière locale qui couvre 100 % des besoins locaux.

Le marché disponible pour l’élevage guyanais est en constante croissance et les efforts réalisés pour la structuration portent leurs fruits. Cependant la structuration et la professionnalisation de la filière ainsi que le soutien aux investissements structurants sont fondamentaux pour consolider cette dynamique.

Les éleveurs guyanais sont regroupés au sein de l’Interprofession élevage de Guyane- INTERVIG : http://www.intervig.org/ qui vise à développer les volumes locaux à la vente, structurer les filières locales, consolider l’interprofession guyanaise de l’élevage et gérer son quotidien. La marque repère « produit issu de l’élevage de Guyane » mise en place par l’interprofession, permet au consommateur d’identifier immédiatement une viande issue de l’élevage local et commercialisée par un distributeur local, tous deux intégrés dans une démarche de structuration.
Par ailleurs, un projet interprofessionnel a été lancé pour la période 2016-2019. Il s’accompagne d’une feuille de route, articulée autour des axes suivants :

  • développer les volumes locaux à la vente au moyen d’actions promotionnelles et de l’élargissement de la gamme proposée aux consommateurs ;
  • structurer les filières locales, via l’élaboration d’accords de filières entre les acteurs locaux, le renforcement de la coordination locale du POSEI Élevage de Guyane et le développement d’outils au service des acteurs locaux ;
  • consolider l’interprofession de l’élevage, à travers l’obtention de la reconnaissance nationale d’INTERVIG, attendue pour 2017, et l’amélioration de l’animation interne à l’interprofession.

L’élevage extensif bovin, une particularité guyanaise
Descriptif de l’élevage bovin actuel
 
Le mois de la viande "Manger local, c’est l’idéal" 
Novembre est le mois de la viande en Guyane, l’occasion de mettre à l’honneur la viande et les produits animaux de Guyane durant tout le mois, Une action de promotion du monde agricole pour inciter à la consommation locale.