Contenu

Installation agricole

Avec une augmentation de +12,5% en 10 ans du nombre d’exploitations agricoles, l’agriculture guyanaise fait figure d’exception dans le paysage des régions françaises. Son dynamisme se traduit également par l’émergence de projets agro-industriels structurants (filière bois-énergie, biomasse). Pour mener à bien ce projet territorial et être à même de conquérir ces marchés à venir, 1 800 ha de foncier (près de 6% de la SAU) sont en moyenne attribués chaque année pour des projets agricoles. Près de 300 agriculteurs par an sont accompagnés dans leur projet d’installation.par le PAI. Une vingtaine d’agriculteurs par an s’installent en bénéficiant de la DJA. La stratégie de développement agricole prévue au Schéma d’Aménagement Régional (SAR) piloté par la CTG, vise à cultiver une SAU de 75 000 hectares d’ici 2030. La préservation des espaces agricoles et l’optimisation des installations agricoles sont donc des enjeux majeurs pour la Guyane.
Alors que le modèle majoritaire d’installation métropolitain est la transmission familiale des exploitations, en Guyane, la majorité des nouvelles installations agricoles a lieu sur de nouvelles parcelles concédées par l’État sous forme de baux, concessions ou de cessions onéreuses. Installations agricoles et procédures d’attribution foncière sont donc indissociables sur ce territoire, fréquemment couplées à l’accompagnement des Jeunes Agriculteurs (JA).

Parmi les aides à l’installation en Guyane, on distingue donc :

  • l’Accompagnement à l’installation transmission en agriculture (AITA) qui remplace le Programme pour l’Installation et le Développement des Initiatives Locales (PIDIL)
  • la Dotation Jeune Agriculteur-DJA sur la mesure 6 du PDRG
  • la Dotation Petite Agriculture-DPA sur la mesure 6 du PDRG
  • l’Aide d’Etat et des collectivités (Région Guyane) pour faciliter le renouvellement des exploitations agricoles et des difficultés d’installation.

Focus sur l’AITA
• Dans quel but ?
– Aide d’Etat et des collectivités (CTG) pour faciliter le renouvellement des exploitations agricoles et des difficultés d’installation.

• Les actions en place en 2016 :
–Action soutien technico-economique aux jeunes agriculteurs
–Action d’animation et de communication

• Quel soutien technico-economique aux jeunes agriculteurs ?
–Appui technique au jeune pour faciliter la réalisation de son projet d’installation
–et le suivi, peut être réalisé sur 3 ans dans les 5 premières années d’installation
=> réalisés par la Chambre d’agriculture et l’APAPAG

• Quel montant de l’aide?
–Le montant de l’aide est plafonné à 80% de la dépense engagée dans la limite de 1500€/an
–L’aide est versée à l’organisme de suivi

•En quoi consiste ce suivi technico économique ?
–Suivi en gestion d’entreprise
–Suivi sur la production
–Suivi sur la commercialisation

•Le JA sera suivi dans toute ses démarches pour la réalisation de son projet d’entreprise (PE)

•Comment constituer son dossier ?
–Les dossiers sont à retirer (par le JA) à la DAAF / Service Économie Agricole et Forestière (SEAF)