Contenu

Les gisements de biomasse énergétique en Guyane : les résidus ou connexes

Bois issu de l’exploitation forestière durable : connexes d’exploitation et de scierie


Qu’est ce qu’un connexe d’exploitation ? :

Lors de l’exploitation forestière, l’exploitant va aller chercher des arbres désignés par l’ONF dans le cadre de plan d’aménagements forestiers durables. Afin d’accéder à ces arbres, ONF et exploitants vont être amenés à ouvrir des pistes.
Par la suite, l’exploitant procédera à l’abattage et à l’évacuation des arbres en question, opération qui, même effectuée avec soin, peut générer des dégâts sur les arbres environnants.

Les arbres abattus ou abîmés lors de l’ouverture de pistes et de l’abattage pourront, grâce à la filière biomasse, être utilisés. Cette utilisation, outre des revenus supplémentaires aux forestiers, et un combustible renouvelable aux énergéticiens, augmente l’efficacité de l’exploitation forestière en valorisant une ressource qui était, par le passé, laissée en forêt.
Cette utilisation va aussi concerner des parties d’arbres qui étaient laissées en forêt, que sont les parties de la grume impossible à scier, tels que les culées (partie proche de la souche, souvent plus large que le reste de la grume),

Le cas des arbres creux est intéressant pour illustrer les effets bénéfiques de cette utilisation biomasse sur l’efficacité de la filière. Avant abattage, les bois sont sondés, en d’autres termes percés au niveau de la souche à l’aide d’une tronçonneuse. Quand l’arbre était détecté comme creux (victime d’une attaque de champignons dégradant l’intérieur de la grume) , il était par le passé laissé sur pied. Aujourd’hui, l’arbre est abattu, la partie creuse est utilisée en biomasse et la partie saine en bois d’œuvre. Cette nouvelle manière de procéder a aussi permi de constater que cette pourriture du cœur de la grume s’étendait rarement à toute la grume, c’est bien souvent le quart, ou le tiers inférieur de la grume qui est attaqué, le reste étant sain et parfaitement sciable.

Qu’est-ce qu’un connexe de scierie ?

Lors du sciage d’une grume, ce sont environ 40 à 60 % de la matière qui finira en planche, le reste étant constitué de chutes de sciage. Ces chutes sont les connexes de scierie.
Les connexes étaient marginalement utilisés par le passé (uniquement par la centrale de Dégrad Saramaca) et à un prix bas, étant considérés comme un résidu non valorisable.
Avec l’émergence de la filière biomasse, ce résidu est devenu une ressource financière potentielle non négligeable pour les scieries et permet d’utiliser 100 % du bois sorti de la forêt.


Bois issus des défrichements : connexes d’aménagement

PNG - 422.2 ko
Parcelle agricole post défrichement©DAAF973

Les pratiques de défrichement agricole sont aujourd’hui encadrées en Guyane. Un défrichement agricole a des impacts environnementaux et agronomiques qu’il convient de maîtriser.
Il est nécessaire que tout défrichement soit suivi d’une installation agricole productive, donc de ne défricher que les sols adaptés à l’agriculture afin de maximiser les chances de succès des nouvelles exploitations agricoles.
Bien qu’indispensables, les défrichements ont des impacts sur les eaux, la biodiversité ou les sols (principal outil de travail de l’agriculteur). Ces impacts peuvent être réduits par quelques mesures simples telles que :
- Ne pas défricher les pentes pour éviter l’érosion par ruissellement des eaux de pluie ;
- Garder une bande de végétation en bord de cours d’eau pour éviter la pollution des cours d’eau en arrêtant le ruissellement ;
- Utilisation des plantes de couverture pour protéger le sol de après le défrichement ;
- Utiliser un matériel adapté et un personnel expérimenté ;
- Garantir que tout défrichement soit suivi d’une installation agricole réelle.

JPEG - 184.4 ko
Plante de couverture©DAAF973
JPEG - 180.1 ko
Plante de couverture après 5 mois©DAAF973

Le dernier point est le plus important, il est essentiel que tout défrichement soit décidé en fonction des besoins de foncier agricole et non en fonction de besoins énergétiques, toute coupe strictement pilotée par les besoins énergétiques sans réel projet agricole constituerait une dérive grave.
Un projet de Cahier des Charges de défrichement avec utilisation des bois en biomasse a été produit à cet effet. Ce CDC a pour but de garantir, une fois les centrales productives, une utilisation des bois de défrichements agricoles conforme aux orientations nationales, à la légalité et aux principes du développement durable.

Afin de mobiliser cette biomasse dans le respect des intérêts agricoles comme des intérêts industriels ;l’EPFA Guyane se positionne comme interlocuteur des énergéticiens. Un modèle de synergie entre installation agricole et énergie est en train d’émerger, avec pour bénéfices futurs :
- Pour l’industriel, d’avoir accès à une biomasse d’une parfaite légalité à un coût maîtrisé ;
- Pour l’agriculteur, de bénéficier d’une parcelle « clés en main », défrichée et protégée par une plante de couverture.


Pour aller plus loin :

vous trouverez ci après le CDC défrichements avec ses annexes :
CDC_Defrichement (format pdf - 148.5 ko - 26/12/2017)
ANNEXE 1_Modes d’organisation contractuelle (format pdf - 150.6 ko - 26/12/2017)
ANNEXE 2_Plantes de couverture post defrichement (format pdf - 792.8 ko - 26/12/2017)
ANNEXE 3_Exemples d’itineraires techniques Biomasse (format pdf - 10.5 ko - 26/12/2017)
ANNEXE 4_Trousse a pharmacie_modele ONF (format pdf - 30.6 ko - 26/12/2017)